Rossinière et Balthus

  • voyageur

Visiter... la Fondation Balthus

Rossinière a été le dernier refuge du peintre Balthus. Sa veuve et sa fille habitent encore son incroyable demeure, sobrement baptisée «le grand chalet», avec ses innombrables fenêtres et ses inscriptions (ne manquez pas «les vers s’engraisseront dessus ta chair pourrie» au-dessus de la porte d’entrée - charmant !). Si vous passez devant pour remonter vers le village, remarquez sur votre gauche un étrange bâtiment coloré qui rappelle une roulotte de cirque: c’est l’écurie. En haut de la rue, la chapelle Balthus retrace l’itinéraire du peintre dans une atmosphère méditative. A voir aussi sur place, un film où il est interviewé par sa fille. Touchant, même pour qui n’est pas fou de son œuvre picturale.

Ramener... des délices

Un détour par l’épicerie s’impose pour ramener une crème signée «Le Jardin des Monts» avec son emballage décoré d’un découpage traditionnel du Pays-d’Enhaut. Si vous préférez des produits laitiers, optez pour un fromage et des yogourts de brebis de l’alpage du Sapalet, un coin de nature à deux heures de marche du village, dans un cirque de montagnes que domine la Dent de Corjon.

Explorer... le patrimoine

Partez à la découverte des magnifiques chalets et autres constructions en madriers, dont certaines datent du XVIIe siècle. Procurez-vous le dépliant «Patrimoine architectural & village du peintre Balthus», très bien fait, à télécharger sur le site de l’Office du tourisme. Vous le trouverez également dans les commerces et restaurants locaux. Il propose aussi quatre belles excursions d’une durée de 1 à 2 heures. Toujours côté rando, mais plus ambitieux, le «chemin pétolet» vous invite à découvrir les alentours sur les traces des chevriers, en 7 à 8 heures de marche. Il doit son nom aux pétoles des chèvres qui, dégringolant jusqu’au village, ont donné leur sobriquet aux habitants! Le topo est sur le site de l’Office du tourisme. Vous pouvez aussi monter aux alpages des Monts-Dessous et Dessus, où est installée l’herboristerie de montagne «Le Jardin des Monts». Histoire de voir d’où viennent ces baumes qui sentent bon la mélisse, l’edelweiss et la cire d’abeille.

Thème Magazine -  Hébergé par Overblog